Newsroom

Post Image
14 mai 2019

Barbie 60 : inspirer les filles depuis 1959


« Barbie est à l’image du monde qui entoure les filles. Si Barbie est toujours la poupée mannequin numéro 1 dans le monde, c’est grâce à sa capacité à évoluer au fil du temps tout en restant fidèle à son esprit d’origine. » – explique Richard Dickson, Président et Chief Operating Officer de Mattel.

Depuis ses débuts en 1959, Barbie est devenue une icône internationale et une muse qui continue aujourd’hui de stimuler l’imagination et de susciter les conversations dans le monde entier. Depuis les premiers modèles féminins en passant par des collaborations réputées, Barbie a toujours été le reflet de son époque.

Barbie est aussi, depuis sa création, une source d’inspiration auprès des filles pour les aider à devenir ce qu’elles veulent, de princesse à présidente, en passant par astronaute ou zoologiste. Aujourd’hui, avec plus de 200 métiers à son actif, Barbie continue à inspirer et encourager le potentiel illimité des filles. En effet, Barbie offre aux filles la possibilité de se projeter et de poursuivre des carrières dans des domaines au sein desquels les femmes sont souvent sous-représentées.

Depuis les années 1980, Mattel ne cesse d’intégrer la diversité culturelle dans la gamme Barbie.

Dans cette volonté de montrer que Barbie a une capacité unique à évoluer, la marque propose en 2016 trois nouvelles silhouettes : une plus grande que la classique, une plus petite et une autre avec plus de formes.

Cet enrichissement permet aux filles de s’identifier à leur poupée Barbie et d’inventer leurs propres histoires en laissant libre cours à leur imagination.
À ce jour, la gamme Barbie Fashionistas compte plus de 100 couleurs de peau, de spécificités ethniques, de textures de cheveux, de couleurs d’yeux et même de nouvelles formes de visage, faisant de Barbie la poupée la plus diversifiée du marché.

Début 2018, Barbie célèbre des femmes d’exception d’hier et d’aujourd’hui : issues de tous les horizons, elles incarnent des modèles d’inspiration pour les filles. Cette campagne s’inscrit dans le cadre du programme “Barbie Shero” lancé en 2015, dont l’objectif est de souligner l’importance du rôle positif que peuvent refléter les femmes d’exception. La marque a ainsi honoré depuis 2015 des ‘Sheroes’, héroïnes féminines, telles qu’Hélène Darroze, cheffe française de renommée mondiale, Ava Duvernay, réalisatrice et distributrice de films, Ashley Graham, mannequin militante ou encore Gaby Douglas, gymnaste artistique.

Pour les mamans françaises, le rôle des modèles d’inspiration est crucial

  • Pour 74,8%* des mamans, il est très important que leurs filles grandissent en sachant qu’elles peuvent accomplir et faire tout ce qu’elles veulent.
  • 79,5%* des mamans veulent que les modèles de femmes inspirent à leur fille la confiance en soi.

À l’automne 2018, Barbie lance une initiative mondiale visant à inciter les filles à briser le plafond des rêves. Jusqu’à 5 ans, les filles et les garçons ne font pas de distinction entre eux. Cependant, des recherches* ont démontré qu’à partir de 5 ans, les filles commencent à perdre confiance en leurs compétences et ne pensent plus qu’elles peuvent être tout ce qu’elles veulent. Les stéréotypes culturels et les préjugés implicites contribuent à promouvoir cette idée. Ce phénomène a pris le nom de « Dream Gap » aux Etats-Unis et de « Plafond des Rêves » en France.

Ainsi en 2019, à l’occasion de ses 60 années de succès, Barbie propose différentes actions avec, au coeur du dispositif, le « plafond de rêves ».

*Étude réalisée par des chercheurs de l’Université de New York, de l’Université de l’Illinois et de l’Université de Princeton.

Un sondage en collaboration avec Marie-Cécile Naves*

L’étude vise, à partir d’une analyse documentaire qualitative et quantitative, à comprendre quels sont les principaux ressorts et fondements de l’autocensure des filles, en France, quand il s’agit de se projeter dans de futurs métiers et positions sociales. Pourquoi le champ des possibles se ferme-t-il davantage pour elles que pour les garçons, et ce, très tôt dans la vie ? Pourquoi intériorisent-elles des représentations (préjugés, etc.) limitant la palette des professions et des rôles sociaux qu’elles pourraient incarner ?

Dans le combat contre cette « destinée sociale », le jouet et le rêve qui l’accompagne peuvent contribuer à ouvrir le champ des possibles en véhiculant un message porteur des valeurs d’empowerment pour les filles : « tu peux être tout ce que tu veux ».

* Marie-Cécile Naves est directrice des études du Think Tank Européen Sport et Citoyenneté et chercheuse associée à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Elle est spécialiste des questions de genre, d’éducation, de sport et des États-Unis. Elle a notamment co-dirigé le rapport « Lutter contre les stéréotypes filles-garçons : un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance » à France Stratégie en 2014.e

De nombreuses opérations

L’ambassade accompagne les relations presses et influenceurs de Barbie à célebrer ses 60 ans à travers différentes opérations : une collection de 6 rééditions de poupées métiers, la sortie d’un libre Barbie : Sixty years of inspiration, le 1er Escape Game Barbie organisée en partenariat avec Klepierre, un partenariat avec National Geographic, l’événement ELLE POWER GIRL organisé le 15 mars 2019 à la Cité des Sciences, des produits sous licences exceptionnels et enfin un événement inédit pour enfants, prévu pour le second semestre.

Pour plus d’informations, téléchargez le communiqué de synthèse complet en cliquant ici :